Vous êtes ici : Accueil / Les expositions / Expositions en cours / FROM CHINA TO TAÏWAN. Les pionniers de l'abstraction

FROM CHINA TO TAÏWAN. Les pionniers de l'abstraction

FROM CHINA TO TAÏWAN
Les pionniers de l'abstraction (1955-1985)

Dans la Chine des années 1930 imprégnée par la tradition, un noyau de peintres modernistes voit le jour grâce à l’enseignement dispensé à l’école des Beaux-Arts de Hangzhou, dont certains professeurs ont étudié en Europe. Les trois artistes considérés aujourd’hui comme étant les pionniers de l’art abstrait chinois y font leurs classes : Zao Wou-Ki (1920-2013) et Chu Teh-Chun (1920-2014), y étudient de 1935 à 1941, puis y enseignent dès l’année suivante. Lee Chun-Shan (1912-1984) y est professeur de 1937 à 1946.

En 1949, après les huit années d’invasion japonaise (1937-1945) surviennent la défaite du Kuo­mintang et la prise du pouvoir par Mao Zedong : plus d’un million de Chinois quittent alors le continent pour aller à Taïwan, où le gouvernement de Chang Kai-Chek s’est replié. Tandis que Zao Wou-Ki a quitté la Chine un an plus tôt pour s’établir à Paris, Chu Teh-Chun et Lee Chun-Shan s’installent à Taipei en 1949.

En 1950, redoutant un conflit avec la Chine occidentale, les États-Unis font de l’île un protectorat américain. Au travers des ouvrages disponibles à la bibliothèque américaine de Taipei, les artistes découvrent par eux-mêmes l’art moderne occidental, de l’impressionnisme à l’art abstrait de l’École de New York, alors en pleine effervescence.

Tandis que le régime politique de Chang Kai-Chek s’attache à faire perdurer la tradition chinoise, ces jeunes peintres exilés prennent le contre-pied de ce conservatisme. Naissent en 1956 et 1957 les deux plus importants mouvements avant-gardistes taïwanais : le groupe Ton Fan, fondé par huit élèves de Lee Chun-Shan, et le groupe Wuyeu, appelé aussi Fifth Moon, dont certains artistes ont suivi l’enseignement de Chu Teh-Chun.

En 1958, le séjour de Zao Wou-Ki à Hong-Kong a un grand retentissement auprès des jeunes artistes taïwanais qui découvrent, à travers les journaux qui publient ses dernières œuvres, qu’un compatriote, au fait de la modernité parisienne, a suivi la voie de l’abstraction.

 

Le groupe Ton Fan (1956-1971)

Le groupe Ton Fan est créé en 1956 par huit élèves du professeur Lee Chun-Shan (1912-1984) et expose pour la première fois en novembre 1957 dans l’immeuble du Taiwan Shin Sheng Daily News, à Taipei. Le choix du nom Ton Fan, qui signifie Orient en chinois, exprime une volonté de ne pas s’éloigner de la culture orientale.

Dès le début, le groupe manifeste un esprit d’avant-garde en s’orientant exclusive­ment vers l’abstraction. Ses membres sont qualifiés de brigands à cheval par le chroniqueur Ho Fan (1910-2002) pour souligner leur esprit intrépide.

L’Europe exerce une forte influence sur le groupe. Hsiao Chin, parti étudier en Espagne puis fixé à Milan, envoie régulièrement d’Europe des articles qui sont publiés dans le journal de Taipei United Daily News. Ces écrits, qui relatent l’actualité artistique européenne, sont très attendus sur une île où ces informations sont encore peu courantes. C’est également lui qui va organiser des expositions du groupe en Europe et aux États-Unis, notamment à New York, Stuttgart, Turin, mais également, à Taipei, des expositions d’artistes européens, tels que Lucio Fontana, François Morellet, Piero Manzo­ni, Antoni Tapiès…

Le groupe annonce sa dissolution après sa quinzième exposition, en 1971. Ses membres vont perdurer ses préceptes par le biais de la création de la Fondation Lee Chun-Shan, considéré comme leur guide spirituel.

 

Le groupe Wuyeu ou Fifth moon (1957-1972)

Le groupe Wuyeu est créé en 1957 et expose pour la première fois le 10 mai de cette même année au Zhongshan Hall de Taipei. Cette exposition est orga­nisée sous l’impulsion du professeur Liao Chi-Chun (1902-1976) et rassemble six de ses élèves du département des arts de l’Université Provinciale de Taïwan.

Sur le modèle du Salon de mai, célèbre manifestation parisienne, ils choisissent comme nom de groupe Wuyeu, qui signifie mois de mai en chinois, et qu’ils anglicisent par la suite en le nommant Fifth Moon. L’idée est de former un groupe pérenne, qui associe réunions amicales et échanges artistiques, et s’engage à exposer tous les ans au mois de mai.

Après sa troisième exposition en 1959, sous la direction de Liu Kuo-Sung, le groupe décide de se dédier exclusivement à l’abstraction. À partir de 1961, il s’ouvre pour intégrer de nouveaux peintres venus de toute l’île : des artistes tels que Hu Chi-Chung et Fong Chung-Ray le rejoignent.

Liu Kuo-Sung, Chuang Che et Fong Chung-Ray théorisent leur art en écrivant de nombreux articles qui soulèvent des débats tumultueux sur la peinture moderne dans les milieux artistiques taïwanais. Ces nouvelles théories qui prônent l’abstraction vont influencer largement l’orientation esthé­tique des peintres taïwanais des générations postérieures, et particulièrement l’évolution de l’encre moderne.

 

Entrevue vidéo avec les artistes Liu Kuo-Sung, Fong Chung-Ray, Hsiao Chin, Chuang Che.

 

Catalogue de l’exposition

À la fin des années 1940, dans un contexte politique tourmenté par la guerre civile suivi de la prise du pouvoir par Mao Zedong, plus d’un million de Chinois quittent le continent pour trouver refuge à Taïwan. Dans ce nouveau monde qui s’ouvre à eux, les artistes découvrent peu à peu l’art abstrait des écoles de New York et de Paris.

L’abstraction devient alors, pour eux, un moyen de s’inscrire dans la modernité internationale tout en exprimant leurs racines profondes. Au croisement de l’Orient et l’Occident, ils inventent un art sans équivalence qui conduit à un renouveau de la peinture chinoise du XXe siècle.

Sabine Vazieux
FROM CHINA TO TAÏWAN. Les pionniers de l’abstraction
Éditions Racine / Lannoo
Couverture cartonnée
260 x 270 mm
272 p., 130 illustrations couleurs
Édition bilingue (FR-EN)
34,95 €
ISBN : 978-2-39025-016-6

En vente dans toutes les bonnes librairies, sur www.racine.be et au Musée d’Ixelles

 

Vernissage gratuit et ouvert au public : mercredi 14 juin, de 18h30 à 21h.
Parking Tulipe et navette jusqu'au musée (gratuits). Parking Flagey accessibe (payant).

 

 

Actions sur le document